23 faits psycho­lo­giques peu connus (et comment les tour­ner à votre avan­tage).

Le coeur a ses raisons que la raison ignore

Voici quelques faits psycho­lo­giques que les gens connaissent assez peu :

1. Si quelqu’un ne vous laisse pas parler durant une conver­sa­tion, faites tomber quelque chose par terre et, tout en le ramas­sant, profi­tez de cet instant pour enga­ger la discus­sion. Ça les fait arrê­ter aussi sec !

Par exemple, si vous êtes à table faite tomber votre couteau. C’est ce qui s’ap­pelle tran­cher dans le vif du sujet! :o)

2. Si vous trou­vez que quelque chose est diffi­cile à faire, dites-vous : “D’ac­cord! Je vais m’y mettre juste 5 minutes et puis c’est tout”.

Il est beau­coup plus diffi­cile de passer d’un état “0” à un état “1” que d’un état “1” à un état “10”. La procras­ti­na­tion est telle une grosse pierre qui se trouve au sommet d’une pente. Une fois que la pous­sée initiale à été donnée elle roule toute seule.

3. Si quelqu’un est sur la défen­sive durant une discus­sion et qu’il y a une pause, lais­sez le remplir ce blanc.

Il aura l’im­pres­sion de marquer des points, ce qui devrait le calmer.

4. Si vous voulez éviter quelqu’un de façon perma­nente, utili­sez la tech­nique du cheval fou. Compor­tez-vous de façon tota­le­ment absurde, mettez vous à rire si on vous raconte un drame, etc.

Technique du cheval fou

Les gens n’étant pas à l’aise avec ce qui sort de la norme, ils vont bien vite vous éviter! (vous risquez aussi de vous faire inter­ner mais bon c’est un moindre mal pour avoir la paix!)

5. Si vous arri­vez en retard dites toujours : ” Merci de votre patience” au lieu de “désolé pour l’at­tente”.

Vous restez en posi­tion de force tout en valo­ri­sant votre inter­lo­cu­teur. Si la personne montre des signes d’im­pa­tience elle se met en contra­dic­tion avec le compli­ment qu’elle vient de rece­voir et cesse donc d’en être digne. Ce que peu de personnes sont prêtes à faire…

6. Au lieu de deman­der à la personne avec qui vous sortez ; qu’est-ce que tu aime­rais (et avoir beau­coup de mal à la satis­faire) deman­dez de préfé­rence : “qu’est-ce que tu n’ai­me­rais pas “.

7. Pensez toujours comme ceci quand vous avez du mal à vous mettre au boulot : qu’est-ce que mon futur moi pense­rais si je ne fais pas ceci ou cela.

À combi­ner avec la tech­nique numéro 2) de s’y mettre “juste 5 min” pour maxi­mi­ser sa produc­ti­vité ;-)

8. Si vous voulez éviter les drames sur votre lieu de travail et être appré­cié par le plus grand nombre ; faites des compli­ments aux personnes quand elles ne sont pas présentes.

Soyez sûrs que ceux-ci seront répé­tés. À l’in­verse éviter de parler sur le dos des absents pour la même raison (et par ce que vous vous feriez une répu­ta­tion de vipère tout simple­ment).

9. Si quelqu’un de timide vous parle; hochez très légè­re­ment la tête en signe d’ap­pro­ba­tion pour l’en­cou­ra­ger à conti­nuer.

Avez-vous remarqué que les Japo­nais hochent la tête sans arrêt, même lorsqu’ils sont eux même en train de parler? Comme s’ils cher­chaient leur propre appro­ba­tion?
Un peuple qui a la répu­ta­tion d’être intro­verti a forcé­ment des leçons à nous donner sur l’ef­fi­ca­cité de cette méthode à délier les langues.

10. Si vous argu­men­tez avec une personne, trou­vez un terrain d’en­tente.

A ce moment touchez son avant bras fuga­ce­ment (si vous êtes assis) ou son épaule (si vous êtes debout) et atten­dez encore pour avan­cer votre argu­ment prin­ci­pal. Acquies­cez en premier sur le point commun et seule­ment ensuite montrez votre désac­cord sur le sujet réel­le­ment impor­tant. Par réci­pro­cité immé­diate, votre inter­lo­cu­teur devrait faire un effort pour voir les choses comme vous.

11. Dans un groupe, si les gens se mettent à rire, on a tendance à regar­der spon­ta­né­ment la personne qu’on aime le plus dans le groupe.

Groupe riant

Soyez donc atten­tif la prochaine fois que cela se produit, car vous pour­riez bien être cette personne. Ceci dit s’il s’agit de quelqu’un d’autres vous savez désor­mais auprès de qui il faut marquer des points pour être appré­cié du groupe tout entier.

12. Si quelqu’un a le hoquet, deman­dez-lui s’il peut le prou­ver. Il y a 90 % de chance que ça dispa­raisse spon­ta­né­ment.

Il est bien diffi­cile de prou­ver quelque chose qu’on ne maîtrise pas. L’in­tense réflexion pour trou­ver une expli­ca­tion, de même que l’hia­tus provoqué dans le cours de ses pensées devrait suffire à détour­ner son atten­tion de la mani­fes­ta­tion physique du hoquet.

Si ça ne marche pas vous pouvez toujours lui plon­ger la tête sous l’eau, mais bon, c’est un peu radi­cal. 😀

13. Si une personne est en colère, lui dire que “c’est tota­le­ment compré­hen­sible”,

Poing colérique

Cela lui fera l’ef­fet d’une petite victoire qui lui permet­tra de chan­ger d’émo­tion.

14. Comment faire quand vous cher­chez un prénom et que vous ne pouvez pas le deman­der de façon directe ?

Deman­dez ” quelque chose du genre “est ce qu’Un­tel est encore en poste là-bas ? Et ils vous répon­dront : “Ah Non, c’est François main­te­nant”.
Ça marche avec tout, essayez par exemple en disant: c’est votre Toyota qui est garée devant ? La personne répon­dra : ah non ! Moi, j’ai une Volks­wa­gen.

15. Si une personne présente ses excuses, ne dites pas “ce n’est pas grave” ou “ce n’est rien”.

Parce ce que s’il s’ex­cuse c’est ce que ce n’est pas rien; remer­cier le pour ses excuses. ou bien dites simple­ment “excuses accep­tées” et souriez juste après pour dédra­ma­ti­ser.

16. Jouer à l’idiot peut vous sauver de beau­coup de problèmes.

Voyez certains hommes poli­tiques ! (qui a dit “tous”?)

Grenouille idiote

17. Un truc amusant, si vous tendez n’im­porte quoi à quelqu’un, il va le prendre, en parti­cu­lier s’il est en train de parler.

Profi­tez-en pour tendre l’es­suie de vais­selle à vos convives après le repas !

18. Le fameux “j’ai besoin de votre aide”, marche très bien pour la gestion d’une personne ou d’un groupe.

On aime se sentir utile et faire la diffé­rence. Un truc utilisé par les leaders. En plus ça leur fait une répu­ta­tion de personne cool.

19. Si vous voulez que vos enfants fassent ou mangent quelque chose, deman­dez-leur quelque chose comme : 

tu préfère ranger ta chambre ou te bros­ser les dents”  et ils seront genre “hmmmm me bros­ser les dents”.

Bien sûr il faut que la deuxième chose deman­dée exige un effort dispro­por­tionné par rapport à ce que vous dési­rez vrai­ment obte­nir.

À noter que cette tech­nique est parfois utili­sée par les enfants malins : si je travaille bien à l’école tu préfères m’of­frir un jeu vidéo ou carré­ment une nouvelle console ? Mora­lité : ne lais­sez pas vos enfants lire ce site. :o)

20. N’in­sul­tez pas les gens, dites leur plutôt comment vous préfé­rez qu’ils soient.

Par exemple, si la personne en ques­tion est en colère, dites lui que vous la préfé­rez quand elle garde son sang-froid. Et j’in­siste sur le “la”. Je te préfère, etc.

21. N’in­sul­tez et n’ac­cu­sez pas les gens verba­le­ment, ils se mettent aussi­tôt sur la défen­sive.

Dites leur ce que vous ressen­tez. Les gens peuvent se mettre sur la défen­sive, mais ne peuvent pas nier vos senti­ments.

22. “Quelle est votre ques­tion ” met les gens à l’aise pour poser des ques­tions.

La foire aux questions

En compa­rai­son “est ce que vous avez des ques­tions” est plutôt effi­cace pour réduire toute une salle au silence.

23. Et en parlant de silence : le silence (gênant) est le meilleur ami du commer­cial.

La personne en face se mettra en devoir de remplir ce blanc et comme c’est idiot de reprendre une conver­sa­tion par un désac­cord ils vous feront marquer des points tout seul. Au pire, le client leur four­nira des infor­ma­tions à utili­ser plus tard.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *